Retour à la liste

Autour des Gorges de l’Hérault

Autour des Gorges de l’Hérault
L’Hérault est un département français, en région Occitanie, mais c’est aussi le nom du fleuve qui le traverse. Il prend sa source au mont Aigoual, à 1 565 mètres d’altitude, dans les Cévennes. Le cours d’eau dévale la pente formée par le relief méditerranéen à la manière d’un torrent jusqu’à Saint-Guilhem-le-Désert.

Dans son parcours, il creuse les parois qui l’encadrent, formant ainsi des gorges plus ou moins profondes. Ces murs tantôt en granit, tantôt calcaires, parfois en schiste et composés de dolomies se dessinent pour donner un paysage unique.

La beauté du lieu est rehaussée par les chutes d’eau ici et là, atterrissant sur des vasques. En aval de Saint-Guilhem-le-Désert, où le fleuve est enjambé par le Pont du Diable, la basse vallée de l’Hérault prend le relais. Une partie de la vallée classée au titre de l'UNESCO du patrimoine de l'Agro pastoralisme des Causses et du Larzac. Ce patrimoine s'arrête aux portes de Saint Guilhem-le-Désert, dont la somptueuse abbaye de Gellone est classée à l'UNESCO dans le cadre des chemins de Saint Jacques de Compostelle en 1998. Le pont du Diable surplombant le fleuve a d'ailleurs été construit au 11ème siècle, afin de relier plus facilement les deux rives du fleuve et faire accéder les pèlerins à Saint-Guilhem plus facilement.

Les Gorges de l’Hérault

Qu’il fait bon, en été ou au printemps, s’adonner aux diverses activités que proposent les Gorges de l’Hérault ! Vous pouvez organiser une partie de baignade en certains endroits. Vous pouvez aussi pratiquer le canoë. Quant aux amateurs de randonnée pédestre ou d’escalade, ils y trouvent aussi leur compte.

Si vous préférez les deux-roues, qu’à cela ne tienne ! La moto vous permettra d’apprécier la succession des paysages. Organisez donc une balade sinueuse entre les garrigues montpelliéraines sans vous éloigner du cours d’eau. Voici un exemple d’itinéraire qui s’étend sur une distance de 120 km :

Vous partirez de Montpellier, rejoindrez le village d’Aniane et déboucherez à Saint-Guilhem-le-Désert. Vous atteindrez ensuite la haute vallée de la Buèges par un parcours en lacet. Vous apprécierez le panorama qui s’offre à vous. Il s’agit du village de Saint-Jean-de-Buèges dominé par son château féodal et la montagne de la Séranne.



Un petit détour à la découverte du pont gothique et de la chapelle romane de Saint-Etienne d’Issensac ne serait pas superflu. Suivez ensuite la route qui mène jusqu’à Ganges, et n’oubliez pas de faire une halte pour goûter aux spécialités culinaires du pays.

Partant de Ganges, vous longerez les gorges de la Vis en suivant la D25, puis vous arriverez au Cirque de Navacelles. Vous voilà en plein cœur d’un des plus grands canyons d’Europe ! En moto ou en voiture, vous avez la chance de pouvoir accéder au village de Navacelles, tout en bas. Le lieu est à découvrir absolument !

À Ganges, vous êtes aux piémonts du Parc National des Cévennes. Le chemin des gentilhommes verriers vous conduira sur l’Orthus, là où jadis, les verriers s’installèrent pour souffler le verre à l’aide du bois, de la chaux, du quartz et des galets recueillis dans l’Hérault. De là, vous pouvez parcourir les vignobles et les garrigues pour revenir enfin à Montpellier. Sinon, vous pouvez faire un détour supplémentaire au Pic Saint-Loup.

Le Pont du Diable

En 1998, l’UNESCO a décerné un titre particulier à cet ouvrage commun de l’abbé Pons d’Aniane et de l’abbé Geoffroy de Gellone. Non seulement l’Organisation des Nations Unies l’a inscrit au Patrimoine Mondial de l’Humanité au titre des chemins de Saint-Jacques de Compostelle, mais le pont est aussi classé Monument Historique.

Construit au 11ème siècle, le Pont du Diable figure parmi les plus vieux ponts de France. Ce chef d’œuvre de l’art roman aurait été bâti quelques temps avant l’abbaye de Gellone afin que les pèlerins d’Aniane puissent rejoindre le chemin de Saint Jacques de Compostelle.

Ce pont, robuste et solide, a résisté aux plus redoutables des crues du fleuve Hérault. Son ossature est constituée de deux arches maîtresses encadrées par des ouvertures qui servent à écouler les eaux quand celles-ci, en période de crue, s’engouffrent violemment sous les arches.

Plus tard, cet ouvrage qui fut l’objet d’un accord signé vers les années 1025-1030 a été élargi en amont du fleuve. Il a également été surélevé de quelques mètres. En 1932, l’interdiction de la circulation automobile sur le pont a entraîné la mise en service d’un autre pont à proximité. Actuellement, c’est ce dernier ouvrage qui est opérationnel.

Le Pont du Diable a ses légendes. Une fois la construction de l’ouvrage achevée, Messer Satanas (le Diable pour la VF) se serait assis sur le parapet pour ravir l’âme de la première créature qui y passerait. Cette créature fut un chien ! D’autres prétendent que Guilhem, seigneur d’Aniane aurait terrassé le démon et l’aurait jeté sur les rochers en contrebas. Le bruit du fleuve aurait ressemblé pour les pèlerins à une longue plainte de Diable, vaincu, enfermé au fond du fleuve.  C'est pour cela que ceux qui parcouraient le chemin et traversaient le pont, se munissaient d'une pierre assez lourde qu'ils jetaient au passage, espérant ainsi qu'elle tombe dans la gueule du Diable et le laisse cloué dans le lit de l'Hérault.

Saint-Guilhem-le-Désert

Il serait dommage de ne pas évoquer cette cité perchée à une altitude dépassant les 800 mètres, dans le Val de Gellone. Entre chênes, pins et thym, ce lieu représentatif de la beauté des villages de France est situé en plein cœur des gorges de l’Hérault.

Son histoire, ses belles pierres et l’architecture des diverses constructions ont valu à Saint-Guilhem-le-Désert le titre de Grand Site de France. Ses monuments tels que l’abbatiale, le cloître, le château du Géant et la tour des prisons retracent le passé de ce village implanté sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

De passage à Saint-Guilhem-le-Désert, une petite flânerie le long de ses ruelles ne vous ferait que du bien. Visitez les boutiques des artisans. Pensez à acheter quelques souvenirs. Prenez le temps de vous rafraîchir sous le vieux platane de la place de la Liberté. À noter que cet arbre a vu le jour en 1855 ! Les Sauta Rocs, habitants du village seront heureux de vous accueillir et surtout vous laisser explorer leur village pour en découvrir tous les charmes. Si vous aimez marcher, empruntez le chemin vers le bout du monde et pour les randonneurs les plus aguerris, celui des Fenestrelles montant sur le plateau du Larzac. De belles découvertes et beaux points de vue en perspective !

Enfin, en route vers Saint-Jean-de-Fos, vous pouvez faire un tour aux grottes de Clamouse qui se trouvent à 5 km environ de Saint-Guilhem-le-Désert. Ce site reconnu par le Ministère de l’Écologie fait partie des incontournables du Languedoc-Roussillon. Le paysage souterrain que présente ce haut lieu du tourisme est époustouflant.

A St Jean de Fos, n’oubliez pas de visiter les ateliers de potiers, activité traditionnelle du village. En fin, si il fait trop chaud, allez vous baigner en contrebas du pont du diable sur la petite plage en bord de rivière ou bien faite une descente en canoé ! et surtout, sait on jamais, n'oubliez pas votre pierre ... et surtout l'appareil photo !


Laissez un commentaire