Retour à la liste

Le métier de guide-conférencier

Le métier de guide-conférencier
 
Bonjour à tous ! Je suis Margot, étudiante en licence professionnelle Guide Conférencier et je suis en stage à l’agence GuideSud.
Aujourd’hui, nous allons parler du métier de guide. Pour moi, qui suis en passe de devenir guide à part entière, je vais faire de mon mieux pour vous en parler et répondre à vos questions !
Pour cela, je vais demander à Sabine, ancienne guide indépendante et aujourd’hui à la tête de l’agence ainsi qu’à Xavier, guide pour l’agence GuideSud de m’aider en répondant à mes questions et en donnant leur avis.


Margot Alors, Comme présenté plus tôt, je suis actuellement en licence professionnelle Guide Conférencier afin d’obtenir ma carte professionnelle de guide.
J’ai obtenu mon BTS Tourisme il y a un an et j’ai décidé de réaliser cette licence professionnelle afin de devenir guide. Et vous, quelles sont vos formations dans les domaines du tourisme et du guidage ?


Sabine : J’ai effectué un BTS Tourisme, également à Montpellier, mais à mon époque, ce BTS était spécialement conçu pour la formation de ce que l’on appelait le Guide Interprète National (ou GIN). Comme aujourd’hui en licence pro, il y avait des cours de guidage, langues, Histoire de l’Art… mais le tout en 2 ans. Parallèlement à ça, il existait le titre de « Guide Conférencier » délivré par le ministère de la culture. Depuis 2012 (de mémoire), il n’existe plus qu’une seule carte professionnelle, la carte de guide-conférencier délivrée après la licence pro.

Xavier : Pour ma part, c’est un peu un parcours en dents de scie. Après une licence en langue espagnole et une année Erasmus, je me suis inscrit à l’université de Perpignan qui possède une antenne à Narbonne proposant la formation de guide conférencier National. Le métier me séduisait et pour moi alliait langue, histoire et art, tout ce qui me plaît. Après avoir obtenu ma carte, j’ai continué en reprenant une licence en histoire de l’Art et ensuite j’ai poussé jusqu’au Mater 2. L’idée était de pouvoir enrichir encore plus ma culture et bien sûr partager cela avec mes groupes. Sinon, depuis 2011, je travaille avec Sabine, et le métier me plaît beaucoup.

Margot  Je souhaite devenir guide car j’aime être au contact des gens et partager des connaissances, des histoires ou encore des légendes. De plus, j’aime voyager et toujours découvrir plus, que ce soit la culture, la mentalité des gens ou la gastronomie. Donc je pense que j’ai choisi le bon métier, celui qui me correspond le mieux. Et vous, pourquoi avoir choisi ce métier ?

Sabine  la bougeotte et l’indépendance ! C’est un métier (quand on est en statut indépendant) où la routine existe peu. Le contact avec les publics est primordial et je mets « les publics » volontairement au pluriel car il y a autant de public que de nationalité, âge et culture ! Il faut savoir s’adapter au niveau de connaissance et à l’intérêt du public.

Xavier Grand timide, je me sens pourtant à l’aise avec l’idée de travailler en public (paradoxal je sais, mais il en est ainsi). L’idée est aussi de pouvoir partager ses connaissances et ses passions avec des publics assez variés. Très souvent quand on passe un peu de temps avec un groupe (circuits sur quelques jours), il y a un lien d’affection qui se tisse et qui vous donne encore plus envie de leur faire passer un merveilleux moment. Il faut s’avoir s’adapter aussi, car tous les publics n’ont pas forcément les mêmes envies et intérêts et surtout, la routine ne fait pas vraiment parti du quotidien ! Après, j’aime aussi fouiner à droite à gauche pour trouver des petites anecdotes ou des infos pour mes visites.



Margot  En tant que future guide, j’aimerais savoir quels sont les avantages et les inconvénients du métier de guide ! Pouvez-vous m’éclairer ?

Sabine  Pour moi les avantages essentiels sont : rencontre avec des personnes différentes tous les jours, peu de routine, des lieux de travail différents.
Et enfin, aimer apprendre car animer une visite ne s’improvise pas ! En amont, le guide-conférencier effectue un gros travail de préparation : documentation et mémorisation d’un maximum d’informations sans oublier l’actualisation de ses connaissances font partie du job. Il faut connaitre tout sur tout ! le passé, le présent et l’avenir du site. On peut demander à un guide l’histoire du lieu, mais également où est la pharmacie la plus proche ou encore quels investissements prévoit le maire ! bon, ok, je suis du Sud, j’exagère un peu 😊
Pour les inconvénients, je parlerais plutôt de la précarité. Peu de guides travaillent en Cdi que ce soit dans des sites, des offices de tourisme ou autres. Ce sont souvent des guides indépendants ou vacataires, qui sont payés par prestations. Beaucoup de gens croient que l’on travaille uniquement pour une ville ou un lieu. Il faut donc cravacher pendant toute la saison pour arriver à un salaire annuel. Mais c’est aussi le cas de beaucoup de professions indépendantes.


Xavier  Les avantages sont nombreux, on a la chance de pouvoir rencontrer un public assez varié et parfois attachant.
Il y a ensuite le fait de ne pas souvent se trouver sur le même site deux jours d’affilée et surtout, il y a aussi le fait de pouvoir accéder à des sites prestigieux ou parfois plus insolites car on doit les préparer et bien sûr, cela implique un passage privilégié.
Autre avantage, la carte permet d’accéder gratuitement aux musées nationaux ou aux monuments historiques, donc lorsque vous avez besoin d’accèder quelque part pour une préparation ou que vous y allez en simple touriste, vous n’avez qu’à montrer la carte et hop, accès gratuit.
Ensuite, l’avantage que j’ai de travailler avec GuideSud est de pouvoir aussi faire du travail de préparation de voyages ou circuits et donc de voir comment tout se déroule en interne.
Pour les inconvénients, je suis en cdi pour Sabine, donc je n’ai pas à me plaindre, mais il est vrai que la précarité est un des choses que l’on ne nous explique parfois pas lorsque l’on passe la carte. Toutefois, cela touche toutes les professions dites indépendantes ou free-lance.
Il y a une chose aussi qui n’est pas vraiment un désavantage, mais la considération du métier : plusieurs fois, on m’a dit que j’étais payé à me promener ou encore que je devais être riche vu que je devais me faire des pourboires en permanence… Désolé mais ce n’est pas toujours le cas.
Ensuite on me dit que c’est un métier facile, que je n’ai qu’à ouvrir Wikipédia et que c’est bon…. Non pas vraiment, en fait, pas du tout. Toutes ces idées préconcues attirent aussi des pseudos-guides parce que « c’est facile, y a pas grand-chose à faire et puis bon, se promener c’est pas si difficile… » donc ce genre de personnes nous décrédibilise beaucoup, en particulier les « Free-tour » (parlons-en) qui ont des « guides » (pour la plupart sans carte et donc pas guides ) qui sont payés au pourboire et nous font passer pour des fonctionnaires en racontant pour certains que comme notre carte est nationale et qu’elle est délivrée par les préfectures, nous sommes payés par l’état… Ce qui a le don de me mettre hors de moi…


Margot  Question importante dont je n’ai pas la réponse. Pouvez-vous me dire quel est le statut d’un guide ?

Sabine  Déjà, on peut parler de 2 professions : guide-accompagnateur et guide-conférencier. Le guide accompagnateur comme son nom l'indique, encadre les groupes (d'un point de vue humain et technique). Le Guide-conférencier, on vient d’en parler.
Le guide conférencier est habilité à prendre en charge des groupes dans les monuments historiques et les musées (en simplifiant) en France et à ce titre, est en possession d’une carte professionnelle délivrée par la préfecture de son domicile. Le guide-accompagnateur n’a pas accès aux monuments historiques.
Au niveau du statut de travail, on peut travailler en salarié ou en statut indépendant. C’est avant tout un choix personnel.


Xavier je n’ai pas grand-chose de plus à ajouter.


Margot  Et enfin, selon moi un bon guide est quelqu’un de patient, à l’aise à l’oral face à un public, souriant, organisé et motivé. De plus, il faut maîtriser plusieurs langues étrangères pour être capable de parler à tout type de public et avoir un niveau de culture générale élevé ainsi qu’en histoire de l’art. Et pour vous, qu’est-ce qu’un bon guide ?

Sabine  Exact, et je rajouterai une bonne forme physique ! Grimper plusieurs châteaux cathares dans la journée est une expérience, mais il faut être capable de recommencer le lendemain ! Également un flegme à toute épreuve et de l’empathie. Pour terminer, juste garder en tête que l’on ne peut pas plaire à tout le monde. Un guide « passera » mieux avec un public plutôt qu’un autre. Il faut se questionner quand on a des remarques afin de s’améliorer.

Xavier  Effectivement les langues sont aujourd’hui un atout. Après, vous dire ce qu’est un bon guide, je ne pourrais pas vous le dire, sachant que je préfère me dire que je vais donner le meilleur de moi-même, mais à ma manière et que chaque guide fait à sa façon… mais bien sûr, un « bon guide » se doit d’aimer travailler avec un public, chercher toujours à se renouveler et renouveler ses informations, bref être curieux, et surtout avoir un petit peu de prestance pour capter l’attention du public.
Bien sûr, il y a toujours des groupes auprès desquels le guide ne « passe pas », mais cela reste plus que rare, et surtout c’est au guide de s’adapter à son public, pas l’inverse. Sinon se dire oui je suis né dans telle ville c’est ma ville, je ne guiderai que là… je ne veux pas détruire certaines illusions mais, ça devient complexe avec ce métier de ne vivre que sur une seule ville et admettons le répéter toujours le même discours deviendrait bien lassant.

Pour terminer, quelques liens qui pourront peut-être vous intéresser :


http://etudiant.aujourdhui.fr/etudiant/metiers/fiche-metier/guide-conferencier.html
https://www.entreprises.gouv.fr/tourisme/formations-au-metier-guide-conferencier
https://www.tourmag.com/Guide-conferencier-l-homme-qui-sait-tout-sur-tout-partout_a53315.html

N'hésitez-pas à nous laisser vos commentaires, ou pour les guides, des compléments d'information!


Laissez un commentaire
Vos commentaires :
Victor   13/03/2019 à 17h25
Merci pour toutes ces informations très enrichissantes !