Retour à la liste

Perpignan la Catalane

Perpignan la Catalane

Que faire le temps d’un week-end à Perpignan ?

Perpignan, la Catalane ! Voici les mots que l’on peut lire sous le logo de la ville de Perpignan, capitale des Pyrénées Orientales et surtout, capitale de la Catalogne Nord.
Cette identité catalane, Perpignan la revendique dans ses traditions, dans sa langue et sa culture et bien sûr dans sa gastronomie. Cette ville est connue pour son fort caractère, ses équipes de rugby, mais c’est aussi une ville qui regorge de nombreux trésors…

Située à une dizaine de kilomètres des côtes méditerranéennes et bénéficiant de la présence avantageuse du soleil, Perpignan est une des villes les plus agréables du sud de la France. Le grand atout de la ville est aussi sa grande proximité avec la mer, les Pyrénées sont à 2 pas et bien sûr la proximité avec de grands sites, historiques ou naturels rajoute encore plus à son charme et à son choix comme destination de vacances, que se soit le temps d’une fin de semaine ou d’une complète !


Saviez-vous que durant les 13ème et 14ème siècles, Perpignan fut la capitale du Royaume de Majorque ? Saviez- vous que le peintre Hyacinthe Rigaud, portraitiste de la cour de Versailles était originaire de cette ville ? Eh bien voici de quoi découvrir un peu la ville, et nous suivre pour de nouvelles aventures !
Un des régals qu’offre la ville de Perpignan, c’est de pouvoir se balader dans le centre sans trop de désagrément, que ce soit flâner le long des berges de la Têt, sur les quais animés, ou alors dans les rues du centre historique, se promener en découvrant les petites rues qui regorgent de nombreux secrets… Suivez nous !

 
Le Castillet :
Sûrement l’un des monuments les plus emblématiques de la ville. C’est d’ailleurs lui qui figure sur son logo moderne et qui marque l’entrée vers le centre historique. Son nom signifiant «petit château» il faudrait en réalité parler de «Castellet Porta Nostra Dame» : Le petit château de la Porte Notre Dame.
Ce n’est qu’au cours du 14ème siècle que cette porte d’accès et de protection au nord de la ville voit le jour.




Son nom de «Castellet» lui vient de la présence du grand château : celui des rois de Majorque. Sous Louis X, le Roussillon est français et le Castillet quelque peu métamorphosé, afin de devenir une porte massive de ville, mais aussi une tour de garde. De la fin du 15ème au 17ème siècle, le Roussillon est espagnol avant de devenir définitivement français après le traité des Pyrénées en 1659. Il fut dès lors et ce jusqu’au 19ème siècle une prison. Vous pouvez aujourd’hui pénétrer à l’intérieur du monument et visiter le musée Casa Pairal dédiée à l’histoire et la culture locale.
 
Cathédrale St Jean-Baptiste :
 
À Perpignan, le chantier de la Cathédrale ne commença qu’au cours du 14e siècle sous les ordres du roi de Majorque Sanç Ier, mais à la suite de l’effondrement du royaume, les travaux furent interrompus pour ne reprendre qu’au cours des 15ème, 17e et 18e siècles ! Le bâtiment possède, il faut le reconnaitre, une architecture assez caractéristique de la Catalogne avec une façade mêlée de briques et de pierres.
Évêché depuis le 17e seulement, St Jean Baptiste est une cathédrale pourvue d’une nef unique, mais dont les véritables trésors sont les retables baroques catalans, véritables bijoux d’art. Il est toujours possible d’admirer le tombeau de Sanç Ier.
Un petit détail qui pourrait en surprendre plus d’un. L’impressionnant orgue de Perpignan dispose au soubassement de son buffet, d’une tête de Maure et en activant l’une des pédales de l’orgue, il était autrefois possible d’actionner la mâchoire. Il existait une tête similaire dans la cathédrale de Barcelone autrefois.

 
Le Campo Santo :

Cet ancien cloître et cimetière de St Jean fut créé dès le début du 14e siècle. C’est d’ailleurs à ce jour le plus ancien exemple de cloître funéraire et le mieux conservé en Europe.
Sur 3 de ces côtés, le Campo Santo accueille des enfeus (casiers/caveaux surélevés dans les espaces religieux destinés à recevoir un corps) de grandes familles de la noblesse ou bourgeoisie perpignanaise. Dans les années 1320, pour les moins fortunés, un ossuaire central est creusé.
Après la révolution, le lieu est utilisé par l’armée comme entrepôt et écurie. Après avoir subi plusieurs métamorphoses le lieu est utilisé comme gendarmerie avant l’expulsion de l’institution militaire en 1984.
Entre 1991 et 1992 des travaux de restauration et des fouilles archéologiques commencent. La chapelle la Funeraria est depuis 1999 garnie de 9 verrières réalisées par l’artiste américaine Shirley Jaffe. Loin d’être aujourd’hui abandonné, le Campo Santo a servi au tournage d’un artiste/chanteur catalan : Cali, et des concerts de musique y sont souvent organisés. Un lieu certes insolite mais très beau à découvrir.

 

L’Hôtel de Ville
:

Ancienne maison consulaire et édifice de la loge de Mer, l’actuel hôtel de ville est au cœur du centre de Perpignan. Le vestibule vous conduit dans un joli patio encore orné de corbeaux sculptés représentant des animaux fantastiques.
Mais, ce qui orne vraiment le centre de cette cour, c’est une superbe sculpture d’Aristide Maillol : La Méditerranée. Enfant du pays, il a offert plusieurs de ses œuvres à la ville.
L’actuelle salle des mariages fut par le passé la salle consulaire et conserve surtout un splendide plafond à caissons étoilé, témoin du faste dans lequel la ville a vécu autrefois (toutefois, il a été remanié depuis le 16e siècle).


Très caractéristique de l’architecture catalane, la façade de pierres roulées et les grilles du 18e sont complétées par 3 bras de bronze représentant la hiérarchie sociale de l’époque d’ancien régime : le plus grand représente les bourgeois et négociants, le moyen les marchands, les médecins, les apothicaires et drapiers. Le plus petit représente les artisans.


La loge de mer :
 
Construite à l’emplacement de l’ancien marché aux peaux, draps et fripes, à partir de 1397, la loge du consulat de mer abrita le tribunal maritime créé en 1388. Construite sur le modèle des loges du royaume catalan, c’est aujourd’hui un superbe bâtiment gothique flamboyant.
Au milieu du 18e siècle, ce monument fut transformé en théâtre plus tard en relais pour diligences, puis en café. La caravelle et le bas-relief sur la façade de la rue des marchands, figurant un Saint-Jean-Baptiste debout sur les eaux, évoquent encore le consulat de mer


 
La Casa Xanxo :
 
Cette belle demeure bourgeoise du début du 16e siècle est sûrement l’un des plus beaux joyaux/trésors conservé à Perpignan. Construite pour un marchand drapier promu bourgeois, Bernat Xanxo, la maison est aujourd’hui connue pour conserver des vestiges d’une grande demeure dont la façade abrite encore une frise sculptée dans un style à cheval entre le gothique par son imagerie (les péchés capitaux) et le début du style Renaissance.
Connaissant peu de modifications, le bâtiment préserve toujours sa façade de brique, mais au 18e siècle l’agrandissement des fenêtres sacrifie une partie de la frise, et connaît dans le même temps la construction d’un escalier monumental.

 
 
 
L’Hôtel Pams :
 
Le papier à cigarettes Job rendu en grande partie célèbre par les superbes affiches de l’artiste Alfons Mucha mettaient en scène de superbes femmes aux courbes généreuses entremêlées aux volutes de la fumée promettaient de passer d’exquis moments (Attention, le tabac est mauvais pour la santé) … Propriété de la famille Bardou, Jules Pams, beau-fils de Pierre Bardou, transforme alors le bâtiment à sa guise et en fait une des plus somptueuses demeures de Perpignan. C’est l’architecte montpelliérain Léopold Carlier qui lui donne son aspect actuel.
Grandes familles d’industriels, une usine est installée à l’arrière de la propriété. Aujourd’hui propriété de la ville et ce depuis 1946, l’hôtel est un centre administratif de la ville abrite encore le jardin et le patio décoré de très belles statues comme celle de Vénus, et conserve une grande partie de ces somptueux décors. C’est aujourd’hui le siège administratif du Festival Visa pour l’Image, le grand festival de photo reportage de Perpignan et c’est aussi le siège des affaires culturelles de la ville.

 
 
Au gré des rues et ruelles :
 
Au gré de vos balades dans le cœur de Perpignan, il y a de quoi se perdre dans les petites rues du centre et surtout de quoi admirer l’architecture catalane. Entre briques, pierres roulées et parfois des grilles en fer forgé, vous pourrez aussi apprécier les boutiques ou ateliers d’artisans. D’autres monuments tels que le théâtre, le palais des congrès ou encore les façades de maisons et immeubles style Art Déco participent au charme de Perpignan.
Si vous avez besoin de vous rafraîchir, autant le faire sur la place de la République, l’une des principales du centre possède de nombreux cafés et est aussi l’une des principales places de marché. En flânant le long des petites rues, les petites boutiques typiquement catalanes vous feront vous sentir dans un autre monde.
Les petits étals avec les produits locaux (je vous conseille notamment ceux de la rue René Palatilla) réservent de bonnes surprises aux amateurs de cuisine et bonne chère et aux amateurs de photographies qui ne se lasseront pas de ces boutiques particulières et remplies de chatoyantes couleurs, et pour les nez, toutes les bonnes odeurs de la Catalogne se retrouvent ic !!




Bien sûr, si l’on s’échappe un peu du centre, le mieux est de rejoindre la petite place Arago et ensuite de partir se détendre, se rafraîchir ou juste rêvasser le long du quai Vauban et regarder la Têt s’écouler paisiblement. Si l’on poursuit un peu son cheminement, votre promenade vous mènera le long des allées Maillol vers des petits squares ombragés qui l’été offrent un peu de répit contre les fortes chaleurs. C’est aussi l’occasion de pouvoir admirer les très belles façades de style Art déco qui créent là un vrai contraste avec les édifices médiévaux et Renaissance cachés en cœur de ville. Le petit plus des Allées est bien sûr de posséder des statues d’Aristide Maillol, mais aussi une autre particularité, l’été, il y a un spectacle son et lumière : une fontaine lumineuse (comme à Barcelone) qui s’intègre parfaitement dans le cadre des Jeudis de Perpignan (du 2ème jeudi de juillet au dernier jeudi du mois d’août).



Si on se balade le long des boulevards, il est facile de se rendre compte à quel point Perpignan est particulière. Résolument tournée vers Barcelone, la grande capitale catalane, Perpignan a connu une période moderniste et Art Déco ce qui lui confère un charme particulier rompant nettement avec un centre plus médiéval et classique. Pour les amateurs d’architecture et de shopping, l’actuelle FNAC de Perpignan est logée au cœur d’un superbe bâtiment de style Haussmanien : Les Anciennes Dames de France.



 
Le Palais des Rois de Majorque :


 
Comment parler de Perpignan, sans bien évidemment parler de l’un de ses plus beaux et emblématiques monuments: le Palais des rois de Majorque. Lorsque le roi Jacques Ier d’Aragon (Jacques le Conquérant) il divise son royaume en deux parts pour ses fils. En tant qu’identité politique, le Royaume de Majorque est cédé au deuxième fils de Jacques le Conquérant : Jacques II.
Nous avions déjà publié
un article  sur ce superbe monument. C’est aujourd’hui l’un des incontournables pour qui visite Perpignan, situé sur les hauteurs de la ville, cette position stratégique lui permettait non seulement de surveiller et protéger la ville, cela permettait aussi de pouvoir contrôler ce qui se passait ou venait depuis les Pyrénées. Repris comme forteresse et aménagé par Vauban, ce superbe joyau est aujourd’hui ouvert à la visite et laisse apprécier la beauté de son architecture et vous replonge dans l’âge d’or de Perpignan alors capitale du Royaume majorquain.

 
Perpignan, ville de Festivités :

 
Il y a encore quantité de choses à voir à Perpignan, mais vous avez ici les principaux éléments que nous vous conseillons de voir lorsque vous irez vous promener là-bas.
Perpignan est aussi une ville de festivals, et les plus connus sont sûrement les jeudis de Perpignan qui ont lieu tous les étés ainsi que le festival du photo reportage Visa pour’Image qui a lieu chaque année en septembre et ce depuis 1989.
Créé en 1989, le festival Visa pour l’Image avait pour but de chercher une dynamique culturelle différente de la culture Catalane et du circuit touristique sur Dalí qui avait déclaré que la gare de Perpignan était le centre du monde. Une grande chance pour la ville, puisque Roger Thérond, journaliste d’origine sétoise, voulait que le festival se déroule sur l’Île Singulière au départ. Entre la fin du mois d’août et le milieu du moi de septembre, ce festival à la renommée internationale permet aux professionnels du photojournalisme de se réunir, faire le point sur l’actualité de l’année qui s’est écoulée et de pouvoir remettre les prix aux meilleurs photographes. Le public dispose de plusieurs sites sur la ville pour découvrir les expositions photos. 

Les Jeudis de Perpignan (du 2ème jeudi de juillet au dernier jeudi du mois d’août) est un festival dont la création remonte à 1995. Comme beaucoup de villes du Sud, Perpignan est agréable l’été et encore plus le soir quand la chaleur baisse et qu’elle permet aux citadins de profiter de sa douceur. C’est entre différentes scènes de petits concerts, de danses et de chants que les gens circulent sur plusieurs points dans le centre et profitent aussi bien du théâtre de rue que des jongleurs, acrobates ou encore les défilées aux couleurs chatoyantes et où la bonne humeur est reine !






Enfin, pour terminer, il est impossible de parler de Perpignan sans évoquer le sport roi par excellence : Le Rugby. La ville possède deux clubs L’USAP, l’équipe de 15 joueurs et Les Dragons Catalans, l’équipe de 13 joueurs. Par ailleurs, chaque équipe possède son propre stade.

 

Perpignan, Ville d’artistes :

 
De nombreuses personnalités sont nées ou ont vécues à Perpignan. Parmi elles, le chanteur Cali connu pour ces chansons « C’est quand le bonheur », «Elle m’a dit » ou encore «Mille cœurs debout», connu pour sa gouaille et son franc parler, le chanteur se tient loin de la capitale et réside près de Perpignan.



Le sculpteur Aristide Maillol (1861-1944), enfant de la ville, qui nous a aujourd’hui laissé de nombreuses œuvres à travers la ville. Ses statues représentent des nus féminins, dont la simplicité et l’épure offrent le plus simple appareil et se concentre sur les formes de ses modèles.

Autre artiste que l’on ne peut évincer et dont il faudrait parler :  Le peintre Hyacinthe Rigaud. Ce peintre originaire de Perpignan a obtenu la gloire en devenant portraitiste de la Cour de Versailles. C’est à lui que l’on doit le plus célèbre portrait de Louis XIV et de Louis XV en costume de sacre, et pour les Montpelliérains, le portrait du célèbre chirurgien François Gigot de Lapeyronie dont une copie est conservée à la Faculté de Médecine de Montpellier.

Pour la gastronomie, nous avions un article de blog plus détaillé sur
les délices de la Catalogne. Pour vous mettre l’eau à la bouche c’est par ici.



Si vous avez envie d'en voir un peu plus que Perpignan, n'hésitez pas à consulter les voyages suivants :

La Catalogne Française
Un petit tour en Catalogne Française
Evasion Culturelle en Catalogne
Pour les amateurs d'Art Roman, la Catalogne est le terrain de jeu, d'exploration et de photographie idéale :
L'Art Roman en Catalogne.

Pour les amateurs de
Gastronomie et de Luxe, partagez vous entre les délices du pays Cathare et de la Catalogne afin de profiter des meilleurs saveurs et vins !


Laissez un commentaire