Retour à la liste

Que faire à Toulouse le Temps d'un week-end

Que faire à Toulouse le Temps d'un week-end

Que Faire à Toulouse le temps d'un week-end 

Aujourd'hui grande Capitale de la nouvelle région Occitanie et ville principale du département de Haute-Garonne, Toulouse se dresse fièrement sur les bords de la Garonne. Une des villes où il fait bon vivre ! Mais Toulouse c'est aussi la terre historique et artistique. Un de ses meilleurs ambassadeurs reste toujours Claude Nougaro... Sa célèbre chanson sur sa ville natale est toujours bien représentative. Toulouse ne cesse de nous surprendre par ses multiples vies : culturelle, étudiante, technologique ou encore industrielle. Le temps de poser ses valises pour une fin de semaine, apprenez à l'apprivoiser et découvrir ses charmes.

 

Toulouse la Ville Rose … ?

Lorsque l'on pense à Toulouse, on pense immédiatement à son surnom « la ville rose », grâce à ses façades pour l’essentiel en brique. Ce surnom n'est pas si ancien. En effet, c'est aux alentours des années 1910 que des brochures du syndicat d'initiatives de Toulouse (l'ancêtre de l'office de tourisme) furent publiées afin de donner une meilleure image de leur ville et lui attribuaient ce surnom. C’est à cette époque que les murs de Toulouse laissèrent éclater la belle couleur de leurs briques jusqu'alors recouvertes en grande partie de blanc. Il est vrai que le passage de Stendhal à Toulouse ne faisait pas beaucoup pour l'image de la ville puisqu'il trouvait le Capitole non esthétique et pourtant seul bâtiment qu'il considérait comme étant le seul digne d'intérêt... (Il faudrait pourtant qu'il connaisse la ville actuelle, je suis sûr qu'il serait charmé) cependant rassurez-vous, on reconnaissait déjà à la ville son goût pour les Arts et les Lettres... Quoi qu’il en soit, la ville rose n’est plus à faire, ni à prouver et il n’appartient qu’à vous de découvrir ou redécouvrir ses charmes… Mais laissez-nous vous montrer certains des lieux ou monuments emblématiques de Toulouse.

Le Capitole

Sûrement l’un des plus majestueux monuments de Toulouse. Le Capitole est aujourd’hui l’endroit où se concentre le pouvoir politique de la ville et ce, depuis le 12ème siècle. L’Hôtel de Ville est y installé, ainsi que le grand Théâtre de Toulouse depuis le 19ème siècle.

Prestigieux bâtiment de la cité, le Capitole ne doit pas son nom au fameux temple romain. En réalité, le nom vient des huit hommes, appelés les Capitouls, qui depuis l’époque médiévale jusqu’à la fin de l’Ancien Régime administraient la ville. La ville médiévale était divisée en huit quartiers appelés Capitoulat et chacun dirigé par un consul ou capitoul.

De nos jours, on admire la superbe façade du bâtiment datant du18ème siècle. Néoclassique, elle est pourvue de huit colonnes en marbre rouge de Caunes Minervois représentent les 8 premiers capitouls de la ville. La façade principale offre aujourd’hui de belles couleurs rouge et blanche. Le choix avait été celui de mêler deux matériaux de construction : la pierre calcaire et la fameuse brique.

Lorsque l’on pénètre dans l’édifice, nous avançons vers la cour dite « Henri IV » qui dévoile les blasons des plus illustres capitouls, « surveillés » par la statue d’Henri IV. Au sol, une plaque nous rappelle l’exécution d’Henri II de Montmorency, gouverneur du Languedoc, qui au 17ème siècle avait comploté avec Gaston d’Orléans, frère de Louis XIII contre Richelieu.

On monte ensuite un immense escalier qui nous mène vers une très belle salle, La Salle des Pas Perdus, qui, à son tour, mène vers la Salle des Illustres. Cette salle retrace par la présence de peintures l’Histoire de la ville, ou du moins ces événements majeurs. Une superbe salle fourmillant de petits détails qui raviront les amoureux des Arts. Mais que serait le Capitole sans sa superbe place.

La Place du Capitole

Comme toutes les grandes villes, Toulouse possède sa place principale, celle où toutes et tous se rassemblent pour promener en ville, se retrouver, faire du shopping, faire leur chemin jusqu’au bord de la Garonne. C’est également un lieu de grand rassemblement. En d’autres occasions, cette place est aussi celle d’un des plus gros marchés de Toulouse.

Une légende persiste à dire que la place se nomme ainsi puisque c’est là que se serait trouvé le temple dit du Capitole à l’époque romaine… Hélas, non ! Le temple se trouvait non loin de là, place de l’Esquirol… Mais au cours de fouilles dans les années 1970, des restes des remparts et d’une porte romaine furent retrouvés. La place tire donc son nom du grand bâtiment dont nous venons de parler. La conception de la très grande place fut projetée dès le 18è siècle.

À cette époque, les Capitouls obtiennent du roi le droit de faire détruire les maisons qui se trouvent devant le Capitole de Toulouse, dégageant ainsi l’espace. Les façades uniformisées que nous connaissons aujourd’hui sont celle du 19ème siècle, sous l’impulsion de Jean-Pascal Virebent. Aujourd’hui c’est une grande place agréable au centre de la ville affectionnée par les Toulousains… Dernier détail, au sol, vous pouvez y admirer une belle croix du Languedoc dont les points sont surmontés des signes du zodiaque et en face du Capitole. Il s’agit là de l’œuvre de Raymond Moretti, qui a aussi œuvré sous les Arcades en créant une série de 29 tableaux racontant l’histoire de la cité depuis plus de 2000 ans.

St Sernin :


Le fameux Sernin, contraction de Saturnin, premier martyr chrétien de la ville de Toulouse, fut condamné à mort. Attaché à un taureau, il fut trainé sur les marches du Capitole, puis dans les rues et c’est à l’endroit où son corps se détacha du bovidé, qu’une première église, celle du Taur, fut érigée. Non loin de là, ce trouvait une ancienne nécropole en dehors de la ville romaine.

Nous vous avions déjà parlé de la Basilique Saint Sernin dans un article précédent. Cette basilique est l’édifice Roman le plus grand d’Europe et l’un des plus majestueux qui soit. On y accède depuis le Capitole en remontant par la rue du Taur (Taureau).

C’est là que se dresse désormais la basilique sous vocable de St Sernin. Bien qu’il y eu un premier oratoire et une collégiale, la grande basilique ne datait que du 11ème siècle et devint rapidement un important centre de pèlerinage. La basilique recèle de somptueux trésors tels que des restes de peintures murales médiévales, le trésor de St Sernin, ainsi que la crypte où aurait été enterré le saint. À proximité se trouve le Musée St Raymond, dédié à l’Art Antique. Pour en découvrir plus sur cette somptueuse basilique, n’hésitez pas à consulter notre article qui lui est consacré.

Les Jacobins :



Ce majestueux ensemble resplendit encore aujourd’hui de sa couleur brique dans le centre de Toulouse, et reste l’un des lieux les plus visités en partie pour sa beauté et sa grande histoire. L’église des Jacobins présente une particularité : elle possède deux nefs de la même dimension, ce qui est assez rare pour un édifice médiéval qui d’ordinaire en compte trois (sauf pour les 5 de St Sernin). Toutefois, cette particularité se retrouve dans d’autres édifices dominicains. La plus grande originalité du monument réside dans la colonne du chevet polygonal que l’on appelle le « palmier », et quiconque visite Toulouse s’en l’avoir vu, n’a finalement peut être pas tout vu !
Non loin du Capitole se dresse un des autres grands édifices religieux de Toulouse, le couvent des Jacobins. Connu comme le tout premier monument religieux qu’à fait fonder Dominique Guzman, Saint Dominique lui-même, au cours du 13ème siècle. Toutefois, le bâtiment ne fut vraiment achevé qu’au cours du 14ème siècle. Ce couvent est un ensemble exceptionnel dont la beauté du cloître ainsi que son église ne sont plus à démentir.
Le cloître, véritable incarnation du jardin d’Eden est construit en brique et de marbre. En effet, 160 colonnes de marbre blanc soutiennent les charpentes du cloître. Le clocher des Jacobins est lui aussi exceptionnel. D’une hauteur de 45 mètres, il est dans le plus pur style gothique méridional toulousain, de forme octogonale et surmonté de 4 étages. Les baies en mitre géminée (en forme de coiffe d’évêque donc !) marquent une autre particularité des clochers toulousains. C’est d’ailleurs la norme de construction depuis le clocher de St Sernin. Le cloitre des Jacobins sont aussi très célèbres pour abriter les restes de St Thomas d’Aquin.
Jacobins TOulouse façade
Fermé en 1789, les Jacobins ne souffrent pas autant des exactions qu’ont subi les autres monuments religieux de Toulouse durant la Révolution. Mais en 1810, l’armée s’y installe. Dans le rez-de-chaussée, les munitions, la poudre, les armes et les écuries sont installées, tandis que l’étage se transforme en dortoir. La chapelle St Antoine servait même d’infirmerie aux chevaux malades. Il faudra pourtant attendre le 20ème siècle pour que les restaurations ne commencent et 1974 pour que les lieux soient rendus au culte, les reliques de Thomas d’Aquin replacées sous l’autel.
 
Les berges de Garonne :
Né en Espagne et long de presque 650 kms, le fleuve de la Garonne traverse Toulouse avant d’aller se jeter dans l’Atlantique via l’estuaire de la Gironde. Rien n’est plus agréable lorsque l’on est à Toulouse que d’aller flâner le long de la Garonne. Le long des berges aménagées, lorsqu’arrivent les beaux jours, les étudiants viennent « réviser » ou encore se détendre et d’autres (étudiants ou non), siroter un petit verre.
Berges de la Garonne, TOulouse
La Garonne offre donc la chance de pouvoir effectuer de très belles balades et elle permet de rejoindre dans le même temps des monuments tels que : Notre Dame de la Daurade ou de pouvoir admirer la façade de l’école des Beaux-Arts sur une berge, le musée d’art contemporain des Abattoirs et l’hôtel Dieu sur l’autre berge.

Pourquoi pas découvrir le fleuve et les berges en bateau ? Appareil photo obligatoire et superbes souvenirs en perspective.

Le Canal du Midi :


Aujourd’hui, C’est le rendez-vous des Toulousains pour y marcher, faire du vélo et s’y désaltérer, tout comme sur les berges de la Garonne. Là aussi une balade en bateau est conseillée. Pour les plus sportifs, vous pouvez enfourcher vos vélos et rejoindre Castelnaudary, Carcassonne, Béziers ou encore Agde et Sète. Si vous voulez profiter du Canal et faire une pause insolite, vous pouvez pénétrer au cœur du Musée Georges Labit, consacré à l’Art asiatique et à l’Égypte Ancienne…

En voilà un que l’on ne présente plus. Mis en place à la fin du 17ème siècle cette voie d’eau pensée et conçue par le biterrois Pierre Paul Riquet, part aujourd’hui de Toulouse afin d’aller se jeter dans l’étang de Thau et de rejoindre la mer Méditerranée par les canaux de Sète -la Venise du Languedoc. C’est donc à Toulouse que commence le fameux Canal du Midi.
Canal du Midi, Toulouse
Vous pourrez vous y émerveiller, vous cultiver ou encore frissonner face au grand sourire d’une momie qui y est conservée … Bien que Biterrois (habitant de Béziers), c’est bien à Toulouse que Pierre Paul Riquet fut inhumé au sein de la Cathédrale Saint Etienne de Toulouse. Si le Canal et son Histoire vous intéressent, ou qu’un peu de sport ne vous fait pas peur, suivez-nous par ici.

La fondation Bamberg


Véritable joyau de la Renaissance Toulousaine, Pierre Assézat, grand marchand pastelier, a su, grâce à son sens des affaires s’élever au sein de la bourgeoise, puis de la noblesse Toulousaine avant d’honorer la charge de capitoul. Fier de sa fortune et de son succès, il confie à la famille d’architecte des Bachelier, le soin de dessiner les plans de sa futur demeure. Aujourd’hui encore, il est possible d’admirer la somptueuse cour de l’hôtel, où deux matériaux se complètent : la brique et la pierre.
La fondation Bamberg est aujourd'hui logée à l'intérieur de l'un des plus beaux hôtels particuliers de Toulouse, l'hôtel Assézat. Haut lieu du négoce du pastel, la demeure fut bâtie au 16ème siècle pour Pierre Assézat.
Hotel d'Assezat, Toulouse, Façade
De belles fenêtres à meneaux avec leurs décors fournis et soignés n’attendent plus que vous yeux pour venir les contempler. Ce n’est pas un hasard si au 19ème siècle cet écrin de beauté est choisi pour devenir le siège de l’Académie des Arts de Toulouse. Et puisqu’il est ici question d’Art, c’est depuis 1994 que le philanthrope argentin Georges Bamberg a installé une fondation éponyme. Grand amateur d’Art, M. Bamberg a décidé de prêter pour une durée de 99 ans les œuvres qu’il a acquis au cours de sa vie à la municipalité de Toulouse.

Ce sont environ 1100 tableaux, installations et sculptures qui sont ainsi dévoilées au public. Ce bâtiment est emblématique des hôtels particuliers de Toulouse. De nombreux autres parsèment la ville. Vous pourrez les admirer en parcourant les ruelles de Toulouse.

Musée de la Médecine :


C’est aujourd’hui au cœur de l’Hôtel Dieu St Jacques que le musée d’Histoire de la Médecine est installé. Lorsque vous pénétrez en ces lieux, vous pourrez vous familiariser aux noms des grandes familles médicales de Toulouse, mais aussi aux différents artefacts qui y sont entreposés tels les pots des apothicaires contenant les différents remèdes.
Musée Medecine, Hotel Dieu, Toulouse
Vous trouverez aussi l’histoire des grandes familles et universitaires qui ont permis à la médecine de connaître un grand essor dans cette ville. Plusieurs salles sont même aménagées afin d’y exposer du matériel médical du passé ainsi que des mannequins mis en scène dans la reproduction des cabinets médicaux, de dentistes et bien d’autres encore. On réalise alors facilement les progrès de la Médecine et notre confort actuel !

Toulouse gastronomique et gourmande :

N’oubliez pas que Toulouse se trouve en plein Sud-Ouest ! Une visite aux halles Victor Hugo ou aux Carmes s’impose. Vous y passerez un excellent moment à la découverte des produits locaux. La région produit prunes, amandes, noix, ail, oignons, haricots, asperges, cèpes et que sais-je encore !

Dans les plats traditionnels, on retrouve le bœuf gascon, le canard, l’oie, les cailles… Des restaurants traditionnels sont également implantés dans les halles. Donc pour un bon repas, n’hésitez pas un seul instant ! Outre le célébrissime cassoulet de Toulouse, vous pourrez y déguster le magret de canard, le chapon gras de Lauragais… sans oublier les fameuses saucisses de Toulouse.

La Toulouse Moderne :


Vieille de plus de 2000 ans, la ville de Toulouse possède donc un riche passé. Cela ne veut pas dire qu’elle se repose sur ce faste et cette gloire passée, bien au contraire, grâce à des industries comme celle d’Airbus, sa vie trépidante, ses artistes et sa jeunesse, Toulouse se tourne plus que jamais vers la modernité.

Musée des Abattoirs :

Durant une grande partie des 19ème et 20ème siècles c’est sur la rive gauche de la Garonne que les différents abattoirs de la ville furent regroupés. Cependant, en 1988, la fermeture laisse les lieux sans occupation. C’est finalement en l’an 2000 que les anciens Abattoirs ouvrent à nouveau leur porte comme un espace de créativité, d’exposition d’Art et musée d’Art Contemporain.

Vous pouvez aujourd’hui venir y admirer les œuvres de Victor Vasarely, Antoni Tapiés ou encore le fameux rideau de scène La dépouille du Minotaure en costume d’Arlequin. Outre les fonds modernes que possède le musée, les fonds contemporains s’enrichissent aussi. À noter que qu’entre février et juin 2019, dans la continuité du projet Picasso Méditerranée, le musée des Abattoirs accueil : Picasso le temps de l’Exil.

Toulouse et l’Aéronautique :

Toulouse est bien évidemment une ville dans laquelle l’industrie aéronautique tient une place majeure. La compagnie Airbus participe grandement à la notoriété et la modernité de la ville. Il est vrai qu’entre Toulouse et l’aviation c’est une longue histoire, inaugurée d’ailleurs par Clément Ader qui décolle pour la première fois avec un appareil dont le moteur est plus lourd que l’air.
Installé à côté de Toulouse et à proximité de l’aéroport de Blagnac, Aéroscopia vous accueille toute l’année.

Airbus, Aéronautique, Toulouse

Vous apprendrez ainsi comment la Caravelle ou encore le Concorde dans les années 1950 et 1960 sont sortis des usines Toulousaines et vous aurez la chance de monter dans un Concorde ! Même si malheureusement, il reste cloué au sol, cela reste une fierté !
En parlant des avions d’Airbus, il est aussi possible d’aller visiter le site d’où sortent l’A380 et l’A350, découvrir le montage de ces impressionnantes machines, de voir les chaînes d’assemblages et surtout, de pouvoir embarquer à bord d’une maquette d’Airbus grandeur nature.

La Cité de l'Espace :

 
Nous vous avions déjà parlé de la Cité de l’Espace dans un article précédent. Elle vous embarque dans un autre univers. Sortie familiale par excellence, découvrez les mystères et les richesses du cosmos, à l’instar de ces magnifiques concentrations d’étoiles ou de ces objets étranges venant de l’espace. Dans ce lieu emblématique de Toulouse, de nombreuses expositions sont organisées par thème : «Communiquer à distance», «Mécanique céleste», «Vivre dans l’espace», «Explorer l’Univers»… Au cours de votre visite, vous aurez le temps d’explorer le système solaire, les planètes rocheuses et les astéroïdes et — qui sait ? — découvrir une nouvelle vocation!
Vous pourrez toucher de vos propres mains une véritable pierre de Lune. D’autres trésors spatiaux sont d’ailleurs à découvrir tels que la véritable pierre de Mars emmené par un astronaute lors de son voyage cosmique ou la météorite martienne tombée sur terre.
N’oubliez pas de passer au planétarium pour embarquer pour un voyage aux confins de la galaxie, au cœur de la voûte céleste, entouré d’étoiles et de planètes !


Vous avez enfin quelques pistes afin d’explorer cette ville exceptionnelle qu’est Toulouse ! Besoin d’un conseil ou envie d’un séjour ou balade guidée ? Voici quelques exemples de ce que nous pouvons vous proposer :
Et il y en a encore tellement à découvrir !!


Laissez un commentaire